Mouvement pour un cyclisme crédible

Actualités

Championnat de France de cyclo-cross

Francis Mourey avait un double objectif dimanche au départ du championnat de France de cyclo-cross, reprendre le maillot bleu-blanc-rouge qu'il avait laissé échapper en 2012 au profit d'Aurélien Duval et s'imposer à Nommay, un circuit de Franche-Comté qu'il connaît par cœur...

Sans doute avait-il une pensée pour son aîné Christophe Mengin qui avait conquis son deuxième titre national sous le Trèfle en 1998 à Nommay et s’il semblait très détendu quelques minutes avant le départ, il était également déterminé à faire la différence rapidement, sur un terrain lourd et détrempé qui favorisait sa puissance. « Le plus compliqué, dit-il, a été le départ, mouvementé. J’ai failli tomber après dix mètres, victime d’une vague et j’ai eu la chance de rester debout… »

Francis a atteint le premier virage en douzième position dans la roue de John Gadret. Un kilomètre plus loin, profitant d’une bosse et d’un replat où la relance faisait mal, il a produit son effort, a pris la tête, a insisté et déjà, il semblait avoir course gagnée. « J’ai pu faire la course à mon rythme, dit-il, gérer mon avance et ménager le matériel pour éviter la casse ! »

« Du travail bien faît, estime Martial Gayant présent sur le circuit en compagnie de Marc Madiot, il n’a pas laissé les autres espérer. Francis, c’était évident, montait en puissance depuis deux semaines. Il a su une nouvelle fois répondre présent. »

Il s’agit de son septième titre de champion de France, cela témoigne de son talent, de sa compétence, de sa place dans l’histoire de la discipline puisqu’il rejoint ses très glorieux ainés, Eugène Christophe, Roger Rondeaux et André Dufraisse, tous champions de France à sept reprises.

La victoire de Francis prend plus de valeur encore avec la très belle deuxième place d’Arnold Jeannesson qui a fait jeu égal avec son copain pendant une heure. Il a franchi la ligne d’arrivée avec 1’12’’ de retard, en reléguant le troisième John Gadret à plus de trois minutes.

« Je partais en troisième ligne, a expliqué Arnold, et le départ a été compliqué. Dans le premier tour j’ai réussi à gommer mon retard et quand je suis revenu sur les meilleurs, Francis était déjà devant avec 30 secondes d’avance. J’ai trouvé que nos rivaux n’allaient pas vite et j’ai forcé l’allure dans le deuxième tour. Je me suis retrouvé seul, une minute derrière Francis et je suis très satisfait de cette deuxième place. »

Jamais l’équipe FDJ n’avait obtenu les deux premières places du championnat de France de cyclo-cross mais en juin dernier Nacer Bouhanni et Arnaud Démare avaient montré l’exemple sur la route.

La course a été suivie par l’ensemble des coureurs et du staff en stage en Corse. Après une séance de travail dimanche matin, ils se sont installés devant la télévision et ont vibré. En équipe. En supporteurs de deux champions irréprochables. « Voilà, disait un Marc Madiot comblé, la saison est bien lancée. Et cette fois, personne n’a tremblé, la domination de mes coureurs a été totale ! »

Francis Mourey peut donc se concentrer désormais sur le Championnat du Monde qui aura lieu dans trois semaines aux Etats-Unis. Il le fera avec la même détermination. Peut-être même avec une ambition supplémentaire. « J’irai à Louisville avec un objectif podium, assure-t-il. Pour la première fois le championnat du monde se déroulera sur un continent différent et je veux croire que les belges qui dominent la discipline manqueront de repères. Je pense au podium mais je me dis pourquoi pas la première place ? »

Le dernier Français champion du monde de cyclo-cross est Dominique Arnould, sacré en 1993 en Italie et si la partie sera rude, jamais Francis n’a semblé aussi prêt de son rêve, du maillot arc en ciel qui rejoindrait pour la FDJ celui que Bradley McGee avait conquis en poursuite individuelle sur la piste de Copenhague en 2002.
Il n’y sera pas assisté par Arnold Jeannesson dont la sélection en équipe de France était acquise mais sa saison sur route est prioritaire.
Arnold disputera son dernier cyclo-cross dans deux semaines à Lanarvily, chez le mythique et sculptural Jean Le Hir avant de disputer le Tour d’Oman pour débuter son exercice sur route en préparation de Paris-Nice qui constitue son premier objectif de la saison.

Dimanche soir, toutes formalités remplies, Francis, Arnold, Marc, Martial et le staf présent sur place ont fêté cette belle journée en mangeant une galette des rois arrosée d’une coupe de champagne.

Partager sur Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Myspace

Commentaires

Réagir à cet article

*Votre email ne sera pas visible.

Nous avons bien reçu votre commentaire.

Il sera modéré dans les plus brefs délais.

Merci de votre participation.

Calendrier des courses 2010

Galerie Photos

Découvrez toutes les photos de l'équipe FDJ