l'Actualité

toutes les actualités

4 Jours de Dunkerque étape 3

le 10 mai 2014
La troisième étape des 4 Jours de Dunkerque, avec sa quadruple ascension du Cap Blanc-Nez, était la plus redoutée par le Trèfle et si Arnaud Démare, assumant ses responsabilités, a conservé son maillot rose, ses équipiers ont été de nouveau exceptionnels dans leur dévouement.

« Ce que font ces coureurs pour leur copain est inimaginable, dit avec beaucoup de fierté Franck Pineau. Dans une saison, je n’ai pas souvent l’occasion de travailler avec le groupe des classiques et franchement je suis épaté. L’unité de cette équipe est exceptionnelle, les coureurs sont comme les doigts de la main. Ils se connaissent par cœur et n’ont pas besoin de se parler. Quand un équipier est dans le rouge, ils le voient et viennent immédiatement à la rescousse et je peux dire que lorsqu’un coureur s’écarte, il est allé au bout du bout, plus de son, plus d’image… »

Dans cette longue étape menant à Calais, les rôles avaient été parfaitement définis avec David Boucher et Michael Delage à l’ouvrage en première partie d’étape, relayés par William Bonnet, puis Yohan Offredo qui n’a besoin de personne des kilomètres durant, Mathieu Ladagnous et pour finir dans le parcours vallonné Anthony Geslin et Pierrick Fedrigo.

« Toute la journée, poursuit Franck, nous avons dû rouler sans recevoir l’aide de personne. Tout d’abord derrière dix échappés puis en fin de parcours derrière l’équipe IAM, surtout Sylvain Chavanel passé à l’attaque avec le Danois Valgren Andersen (Tinkoff-Saxo) dans le dernier tour. Dans ce final durci par le vent, Arnaud Démare a fait front avec le seul et formidable Pierrick Fedrigo pour l’aider et sans l’aide des cinq coureurs qui étaient parvenus à les suivre. »

Sur la ligne d’arrivée, Chavanel s’est imposé et a empoché les dix secondes de bonification mais Arnaud a franchi la ligne avec 12 secondes de retard, sauvant son maillot rose pour deux secondes.

Samedi, poursuit Franck, la quatrième étape n’est pas moins difficile avec six ascension de la côte de Licques. J’ai confiance en mes coureurs mais le scénario pourrait être différent… »

Vos commentaires