l'Actualité

toutes les actualités

Alexandre Géniez troisième, Kenny Elissonde satisfait

le 17 avril 2016 - Tour du Finistère
C’est à croire qu’Alexandre Géniez est un métronome. Sur la route du Tour d’Italie qui constitue son grand objectif après qu’il en ait pris la neuvième place en 2015, le grimpeur de l’équipe FDJ observe le même parcours que l’an dernier. Après une échappée dans le Grand Prix de Denain, il a pris la troisième place du Tour du Finistère samedi. Il y a un an, il avait gagné le Tro Bro Leon programmé ce dimanche.

.attach_div {float:left;margin:3px;} .attach_content_div {font-size:14px; text-align:center;}

Ce Tour du Finistère a été très rapide, de bout en bout, sans donner lieu à de multiples rebondissements. Il a permis surtout aux coureurs de l’équipe FDJ de démontrer qu’ils sont en forme et notamment Kenny Elissonde qui a sans doute réussi son pari d’être retenu pour le Tour de Romandie.

Il a fallu plus de 80 kilomètres pour que l’échappée la plus significative de la journée voie le jour et dans ce groupe de cinq coureurs figurait Pierre-Henri Lecuisinier. Leur avance n’a pas excédé 4 minutes et ils ont été repris à 32 kilomètres de l’arrivée sous la pression des équipes Delko-Marseille et Armée de Terre.

Avec un vent défavorable pour finir, quelques attaques dans le final n’ont pu empêcher qu’un sprint de 70 coureurs décide du vainqueur. En l’emportant, le Belge Baptiste Planckaert (Wallonie Bruxelles) a fait coup double : rendre hommage à son compatriote Antoine Demoitié qui avait gagné cette course sous le maillot de cette même équipe en 2014 et conforter sa première place au classement de la Coupe de France. Samuel Dumoulin (ag2r-La Mondiale) a pris la deuxième place, Alexandre Géniez la troisième.

« Alex confirme qu’il va bien et dans les temps, résume Thierry Bricaud. Laurent Pichon est frustré parce qu’il était parti pour disputer un beau sprint mais il s’est fait enfermé à 300 mètres de la ligne d’arrivée à Quimper. Enfin Kenny Elissonde a passé avec succès le test de cette course difficile dont le dernier kilomètre est compliqué avec un raidard de 400 mètres précédant un faux-plat montant de 500 mètres. Il a fini dans la première partie du peloton (une vingtaine de coureurs) et me semble opérationnel pour le Tour de Romandie même si le staff en décidera dans quelques jours… »

Vos commentaires