l'Actualité

toutes les actualités

Après Olivier Le Gac, Pierre Le Cuisinier !

le 19 juin 2015 - Route du Sud, étape 3
Si le Tour de Suisse met en valeur l’équipe de la FDJ soudée autour de son leader Thibaut Pinot, la Route du Sud ravive les espoirs du Trèfle. Après Olivier Le Gac repris vendredi à 250 mètres de la ligne d’arrivée à Saint-Gaudens, Pierre-Henri Lecuisinier a pris une très belle dixième place de la troisième étape de haute montagne gagnée par Contador (Tinkoff-Saxo).

Peyresourde, Val Louron-Azet et le Port de Balès étaient au programme de cette journée décisive dans les Pyrénées et si, comme prévu, elle a tourné en un duel opposant deux des grands favoris du Tour de France, Contador et le Colombien Quintana (Movistar) qui se sont départagés dans l’ultime descente, Pierre-Henri Lecuisinier qui travaille depuis des mois pour être un bon grimpeur, a obtenu un excellent résultat en prenant la dixième place.

« la montée de Peyresourde a été très rapide, explique Frédéric Guesdon, et fatale à beaucoup de coureurs, dont Cédric Pineau qui n’était pas dans un bon jour. Une fois l’échappée partie, le peloton s’est reformé et la course s’est jouée comme prévu dans le Port de Balès. »

Contador, avec l’aide de son équipier Rogers, y a accéléré à plusieurs reprises et mis à mal le peloton qui s’est réduit rapidement à une douzaine de coureurs. Pierre-Henri a été l’un des derniers à lâcher prise mais il ne s’est pas désuni et a construit un résultat prometteur pour l’avenir et pour son équipe.

« Il a fait la descente avec Bizkarra (Murias Taldea) qui ne l’a pas beaucoup aidé et ils ont été repris par un petit groupe à deux kilomètres de l’arrivée mais c’est un beau résultat, dit Frédéric Guesdon. Pierre-Henri le mérite et ça va lui faire du bien au moral. Il est douzième au classement général parce qu’il a pris une petite cassure vendredi mais nous sommes satisfaits de lui comme d’Olivier Le Gac ! »

Dans cette étape, Francis Mourey qui a très bien récupéré de son Giro, a manqué de réussite. Il a été victime d’un bris de rayon à 4 kilomètres du pied du Port de Balès et s’est accroché avec un coureur. Anthony Geslin l’a aussitôt dépanné mais la tête de course était déjà inaccessible. Sans cette mésaventure, il aurait été au contact des meilleurs.

Vos commentaires