l'Actualité

toutes les actualités

Arthur Vichot troisième d’une étape mouvementée

le 27 mars 2017 - Tour de Catalogne, Etape 6
La sixième étape du Tour de Catalogne a donné lieu à un coup de théâtre. Après le franchissement de l’Alt de Bot au km 31, les deux-tiers du peloton dont toute l’équipe Sky ont été piégés dans la descente et ont accusé un retard de 26 minutes à l’arrivée. Un peu plus de 30 hommes ont finalement disputé la victoire revenue à Impey (Orica-Scott). Bien soutenu toute la journée par Benoît Vaugrenard, Arthur Vichot a pris la troisième place.

« Un nouveau podium c’est pas mal, dit Yvon Madiot. D’ailleurs à part dans l’étape de la Molina, on a signé un Top 10 tous les jours. Arthur est un peu déçu même s’il n’y avait pas grand-chose à faire contre Impey et Valverde. Mais quand t’es devant, tu veux gagner. Et nous, on prend goût à la victoire aussi. Arthur fait un super début de saison mais il a besoin de gagner de nouveau en World Tour. Demain, avec le circuit de Montjuich c’est dur mais s’il a les bonnes pattes, Arthur peut le faire. »

 

 

"Et nous, on prend goût à la victoire aussi" Y.Madiot

 

 

Le champion de France a donc pu compter une grande partie de la journée sur Benoît Vaugrenard, capitaine de route exemplaire et qui a cédé en fin d’étape dans la partie dure de la dernière difficulté, l’Alt de La Musara.

 

Et puis derrière, loin derrière se situait le peloton emmené par le Team Sky qui a certes combattu pendant cinquante kilomètres avant de rendre les armes. David Gaudu en faisait partie.

 

« Pour lui, dit Thierry Bricaud, la journée a été plus difficile, il n’avait pas de super sensations et il a vu que chaque jour nécessite d’être concentré. Franchement, finir 18e ou 25e du Tour de Catalogne, ça ne change rien. Ça n’avait pas de sens qu’on aille rouler et en plus on pouvait jouer la gagne devant. On n’est pas passé loin avec Arthur... Pour David, qui est très lucide, ce n’est pas la fin du monde et il m’a dit qu’avec les jambes qu’il avait aujourd’hui ça aurait été de toute façon compliqué. »

 

 

Par Gilles Le Roc’h

Vos commentaires