l'Actualité

toutes les actualités

« Ça s’est joué à un coureur près »

le 05 juil. 2015 - Tour de France, étape 2
Il s’agissait peut-être de l’étape la plus redoutable pour Thibaut Pinot. Après avoir espéré, selon les sites météo que le grand calme règnerait le long de la Mer du Nord, l’orage accompagné de vent et de pluie a sévi au moment précis où le peloton entrait dans les polders. A l’arrivée, Thibaut a fini dans le peloton Nibali-Quintana à 1’27’’ du premier peloton réglé par Greipel et dans lequel figuraient Contador et Froome.

"C’était une journée très compliquée, dit Thibaut, avec un gros orage au mauvais moment. Dans les premiers moments de bordures, je ne me suis pas fait piéger mais un coureur s'est ensuite placé entre Matthieu Ladagnous et moi et c'est lui qui prend la cassure. Ça s'est joué à un mec et ça c'est rageant mais c'est comme ça, le vélo c'est aussi des bordures. Le bonus d'hier, ça n'est plus grand chose après une journée comme aujourd'hui mais je me dis que ça aurait pu être pire. Au moins je ne suis pas tombé alors que c’était plus que dangereux… »

Non loin de lui, ses patrons et notamment Marc Madiot ne faisaient pas la tête, loin s’en faut. Ils avaient même tendance à considérer la bouteille à moitié pleine plutôt qu’à moitié vide.

« Il ne lui a pas manqué grand chose pour finir devant, dit le manager de l’équipe FDJ, il n’aurait donc pas perdu plus d’une minute mais il aurait pu aussi finir avec Rolland (Europcar) et Mollema (Trek Factory) à 5 minutes. Il est donc avec Nibali et Quintana… Ce qui est dommage c’est qu’il avait fait le plus dur en étant dans le premier peloton de 50 coureurs mais il y a eu tellement de chutes, tellement de stress, que je me dis que c’est correct. Il faut tenir compte aussi que William Bonnet et Benoît Vaugrenard ont été concernés par les chutes, que Steve Morabito et Arnaud Démare ont perdu leur place en devant rouler dans l’herbe. C’est le Tour… »

Deuxième étape terminée, il faut déjà penser à la suivante. Le registre sera très différent lundi avec la côte d’Ereffe et le Mur de Huy pour finir.

« Je ne suis pas inquiet, dit Thibaut, il peut encore se passer tellement de choses jusqu’aux pavés. Le Mur de Huy se jouera encore au placement et je sais aussi qu'une journée comme celle-ci laisse des traces..."

Vos commentaires

Publié le 06 juil. 2015 à 08:44, par Jac34
Évidemment il vaut mieux positiver, mais perdre 1 minute sur Contador en plat, c'est rageant. Maintenant la course continue, et le problème si il y a pour Contador, viendra la troisième semaine où les efforts consentis au Giro, risquent de se faire sentir.