l'Actualité

toutes les actualités

Critérium du Dauphiné, étape 2

le 10 juin 2014
Kenny Elissonde joue avec les meilleurs. La première étape du Critérium du Dauphiné, disputée en moyenne montagne avec une arrivée au sommet du Col du Béal, a tenu toutes ses promesses. Dans le sillage du duel au sommet que se sont une nouvelle fois livrés Froome (Team Sky) et Contador (Tinkoff-Saxo) qui ont franchi la ligne d’arrivée dans cet ordre, Kenny Elissonde a pris une belle douzième place nourrissant son ambition générale.

Derrière une échappée comprenant notamment Reza (Europcar) et Gougeard (Ag2R-La Mondiale), le peloton a construit méthodiquement sa poursuite sous une forte chaleur et dans l’approche d’une rampe finale méconnue au pied de laquelle l’équipe fdj.fr a soigné le placement de son grimpeur.

« Mika Delage et Arnaud Démare, William Bonnet et pour finir Yoann Offredo m’ont bien placé au pied de ce col, dit Kenny.C’était une belle montée qui a été rendue très difficile par le rythme de l’équipe Sky et par la bagarre déclenchée par Froome à 6 kilomètres du sommet. Jusque-là, le peloton avait perdu régulièrement des unités, nous étions encore une vingtaine mais quand il a attaqué, je n’ai pas joué à me mettre dans le rouge. Avec la chaleur, il aurait été impossible de récupérer ! »

Kenny est donc resté en deuxième rideau dans un groupe qu’il a essayé d’animer en compagnie de Navarro (Cofidis) et au sommet, il a pris la douzième place, à 50 secondes de Froome, remontant à la quinzième place au classement général.

« Ça fait du bien au moral, je suis content de jouer au plus haut niveau, dit-il, ici il y a presque tous les favoris du Tour de France. J’ai bien récupéré du stage dans les Pyrénées et du Tour de Bavière, je suis en bonne condition et je vais essayer de faire de belles étapes en fin de semaine dans les Alpes où les ascensions, je pense, me conviendront mieux. Là, c’était roulant ! Si c’est le cas, les résultats viendront naturellement, notamment au niveau de mon classement général ! »

Mercredi, Arnaud Démare aura ses chances, mais ne pourra pas compter sur le soutien de David Boucher, victime d'une insolation à 60km de l'arrivée. Il fini à 2 minutes des délais, pétri de crampes et soulagé par Jacky Durand, en personne sur la ligne d'arrivée il ne pourra donc pas prendre le départ de cette troisième étape.

Vos commentaires