l'Actualité

toutes les actualités

Entretien avec Pierre-Henri Le Cuisinier

le 09 oct. 2014
Au terme de sa première année professionnelle, Pierre-Henri Lecuisinier se trouve en Chine depuis quelques heures pour disputer le Tour de Pékin en compagnie de Sébastien Chavanel, Alexandre Géniez, Matthieu Ladagnous, Olivier Le Gac, Laurent Mangel, Jérémy Roy et Jussi Veikkanen. Il porte un regard lucide et sans concession sur sa saison marquée par des ennuis de santé et fait part d'une ambition raisonnée et légitime pour 2015.

Pierre-Henri, quel bilan fais-tu de cette première année au sein de l'équipe FDJ.fr ?

C'est une saison en demi-teinte, coupée en deux. Il y a eu un avant et un après championnat de France. J'avais plutôt bien débuté en janvier en Australie ayant fait en sorte de débuter le Tour Down Under avec de bonnes jambes mais une fois revenu en Europe mes ennuis de santé ont commencé.

Que s'est-il passé ?

J'ai eu des problèmes hormonaux avec un taux de testostérone effondré. Je n'avais pas de force, pas d'énergie et forcément, ne comprenant pas vraiment ce qu'il m'arrivait, mon moral en a pris un coup. Puis j'ai commencé à faire de l'asthme à l'effort qui est en quelque sorte une maladie professionnelle, beaucoup de coureurs en souffrent dans le peloton. Il m'a fallu du temps pour me remettre de tout ça. Début juin, j'ai disputé les Grand Prix de Plumelec puis de Châteaulin et là, j'ai touché le fond. Ça n'allait pas sur le vélo, je ne prenais aucun plaisir même au cours d'une sortie de récupération. Je me suis arrêté dix jours pour reprendre au championnat de France.

Avec le sentiment d'aller mieux ?

En sachant que ne faisant pas le Tour, j'aurais un mois plein pour travailler et refaire les bases. J'ai réussi à finir le Tour de Pologne en août en prenant du plaisir. Puis j'ai signé deux top 20 dans le Tour du Doubs et le Grand Prix de Wallonie. Etre dans le groupe de tête, je ne savais plus ce que ça signifiait. Dans le Doubs, je suis resté à la dernière place de ce groupe, un peu perdu mais avec un mois de vraies courses et de vraies sensations, je suis reparti. Ça n'a pas été une période facile ni pour moi, ni pour ma famille parce que je suis un mauvais malade.

Comment l'as-tu vécue au sein de ton équipe ?

C'est délicat d'entrer dans une équipe... C'était frustrant d'être à 60% de mon potentiel, ne ne pas pouvoir rouler comme je le voulais pour mes leaders. Les directeurs sportifs savent que les courses où j'étais engagées, les classiques flandriennes par exemple, sont difficiles pour un néo-pro mais j'attendais beaucoup de moi, je me décevais et je me disais que j'allais décevoir tout le monde parce que je n'étais pas au niveau attendu. Vis à vis de mes équipiers c'était dur d'être amoindri. Je dois dire aussi que personne ne m'a mis de pression ou n'a eu une exigence de résultats.

La santé revenue, on te sent très heureux ?

Je suis content de faire une bonne fin de saison, d'envisager une coupure d'un mois sur cet acquis-là.

Sais-tu quelles seront les grandes lignes de ta prochaine saison ?

Je sais tout et je peux dire que je suis avide de découvrir un Grand Tour mais je ne veux pas en dire plus. Au niveau de l'entraînement, je vais arrêter ma collaboration avec Jacques Decrion qui s'en va et je vais désormais travailler avec Sébastien Joly que j'ai connu quand j'étais au Vendée U, lui était chez Europcar. Il connait bien l'équipe FDJ.fr, y a vécu de belles années. C'est quelqu'un de rigoureux et ayant quitté le peloton il y a peu, il n'a pas oublié la difficulté de ce métier.

Après Pékin, tu vas également disputer le Chrono des Nations aux Herbiers, c'est une spécialité que tu veux travailler ?

J'ai un vélo de chrono à la maison mais avec mes soucis, je n'en ai pas fait assez, je n'ai pas vraiment travaillé la discipline mais j'en ai envie. J'ai fait le chrono du Tour de Pologne à bloc, j'ai fini 60e, ce qui n'est pas terrible, mais j'ai senti que je n'avais pas perdu toutes mes qualités de rouleur. Ce sont des efforts qu'il faut répéter et je vais le faire. Je pense aussi m'orienter davantage dans les courses vallonnées, type classiques ardennaises. Dimanche dernier, j'ai disputé le Tour de Lombardie et ce que j'y ai vu doit être vrai aussi dans l'Amstel Gold Race ou Liège-Bastogne-Liège, dans les courses de 250 km: dans le final il y a 50 coureurs qui émergent mais entre le premier et le cinquantième, il y a une marge énorme. J'ai beaucoup appris dans ce Tour de Lombardie tout en me disant que je pourrais encore disputer celui des U23 l'an prochain. Il faut que je sois patient.

La FDJ.fr accueille de nouveau beaucoup de jeunes...

Cette année, j'étais le plus jeune de l'équipe jusqu'à l'arrivée d'Olivier Le Gac en août. C'est un grand plaisir de le retrouver. J'ai hâte de disputer les mêmes courses qui lui. Nous avons le même profil de coureur. Nous avons connu pas mal d'émotions depuis les juniors et je me dis que ce serait bien de vivre les mêmes chez les pros.

Vos commentaires