l'Actualité

toutes les actualités

« J’en reprendrais bien pour vingt ans ! »

le 25 janv. 2017 - Entretien, avec Marc Madiot
Marc Madiot est un affectif et ce jeudi soir, lors de la soirée honorant le vingtième anniversaire de son équipe cycliste, il ne masquera ni sa fierté ni son émotion. Le patron de l’équipe cycliste FDJ retrace en quelques mots l’histoire de ce groupe qu’il a façonné de ses mains et de sa passion du cyclisme qui a révélé tant et tant de champions. Un œil dans le rétroviseur, il garde le cap, et s’attend à vivre de nouveau beaucoup de grands moments avec ses hommes.

Marc, que t’évoque ces vingt ans avec le même sponsor ?

Le temps passe vite. J’éprouve une certaine fierté aussi… Je ne sais pas si c’est le mot qui convient. Disons que si je devais être fier c’est d’avoir su bâtir dans la continuité ce projet avec la FDJ.

 

 

"Nous sommes restés fidèles à notre âme et à notre ADN. Si tu perds ton âme, tu meurs"

 

 

Quand en 1996, tu t’es mis d’accord avec Bertrand de Gallé, alors président de la Française des Jeux, envisageais-tu une telle durée ?

Quand j’ai commencé, je me répète, mais je me suis toujours placé dans la continuité. Encore aujourd’hui. Je n’ai jamais été dans le ‘’one shot’’, ce sont mes origines paysannes qui me font agir ainsi. Les racines de l’équipe, l’ADN de l’équipe ont été construits là-dessus. Mon objectif était que le sponsor soit le plus impliqué dans la vie de l’équipe. C’était tout le contraire de ce qui se faisait, dans la plupart des cas. Un sponsor achetait de la place sur le maillot. Moi, je ne suis pas le propriétaire de l’équipe. J’en suis le président. Renault c’était ça, une grande entreprise qui s’impliquait fort dans son équipe cycliste. Pour être honnête, je suis parti de ce modèle que j’avais connu pendant plusieurs années quand j’étais coureur professionnel. Je considère que c’était le plus adapté. D’ailleurs quand Guimard a changé de registre, ça n’a pas été concluant. Avec la FDJ comme Renault, c’était un projet sportif.

 

 

20 ans ça paraît inimaginable ?

Oui et non. Non, parce que j’avais l’envie de durer. Je me suis mis en situation de durer mais je me suis toujours interdit de vendre ce que je n’avais pas en magasin. La relation est construite sur la confiance. J’ai toujours à l’esprit et je le dis chaque année à mes coureurs, que la FDJ n’est pas obligée d’avoir une équipe cycliste. C’est LA règle. Ensuite, j’ai toujours à l’esprit qu’il faut faire ce qu’il faut pour que la FDJ n’ait pas envie de s’en aller. Nous sommes restés fidèles à notre âme et à notre ADN. Si tu perds ton âme, tu meurs. Mais il faut aussi s’adapter et évoluer. Mon équipe, c’était une petite épicerie, aujourd’hui c’est une grosse PME. Je fais souvent la comparaison avec une écurie de F1. Avant, avec 4 roues, des tuyaux de chauffage et un moteur Cosworth tu avais ta F1. Frank Williams, pour commencer, avait une bagnole sur une remorque avec 2 mécanos et des dettes et allait sur les circuits. Puis il a évolué, il a trouvé un bon ingénieur, un bon sponsor et c’est devenu une grosse, grosse écurie. Le vélo c’est ça aussi. On n’est plus à l’heure de De Cova-Lejeune avec Raphaël Géminiani.

 

 

"Je l’affirme, tous les gamins passés à la FDJ ont sur eux un tatouage avec un Trèfle"

 

 

Ton équipe a d’abord été une équipe de coureurs renommés ?

Dès 1997, il fallait prendre des bons coureurs. Le Président De Gallé voulait une équipe compétitive tout de suite, il voulait faire le Tour de France. Moi j’aurais bien pris plus de temps. Mais c’est un symbole, les deux premiers coureurs que j’avais signés étaient Nicolas Vogondy et Jean-Patrick Nazon, les deux plus jeunes du peloton ! Vogondy n’avait pas encore 19 ans.

 

 

Les trois premières années ont été compliquées, cela a-t-il permis de trouver le véritable ADN ?

L’ADN était là mais, comme les fondations d’un bâtiment elle n’apparaissaient pas encore. Avec le recul, c’était un mal pour un bien, ça a permis aux racines de se développer. Au départ avec mon frère Yvon on avait cette idée de formation. C’était notre image de marque parce que nous étions imprégnés par Renault. J’ai refait ce que Guimard a fait avec nous. Guimard, je l’ai rencontré quand j’étais junior, je sortais des cadets. Quand je n’étais pas professionnel, j’étais dans la filière Gitane. Pas ailleurs. J’étais dans l’identité à une maison. Cet ancrage revient aujourd’hui en France et pas seulement dans mon équipe, c’est vrai avec Bernaudeau (Direct Energie) et Lavenu (ag2r-La Mondiale). Je l’affirme, tous les gamins passés à la FDJ ont sur eux un tatouage avec un Trèfle.

 

 

En 20 ans, cela représente combien de coureurs ?

Tout près de 160 je crois. Notre grand animateur du club des supporters, Jean-Yves Lanoë tient les comptes à jour. Une des choses dont je suis fier c’est que nous avons connu très peu d’échecs avec les coureurs que nous avons faits passer pro. Il y a très peu de coureurs dont j’ai cassé le contrat au bout de deux ans, il y a eu entre 60 et 70 % de contrats renouvelés. Chez nous il y a un investissement sur le coureur qui vient, on le suit chez les cadets, les juniors, avec la Fondation. Parfois, on m’a reproché d’être trop patient, de laisser trop de temps à un coureur mais c’est mon côté paysan qui ressort.

 

 

 

Sandy Casar remporte la 18ème étape du Tour de France 2007

 

 

Très longtemps, il a semblé que des jeunes talentueux ne pouvaient rester dans ton équipe ?

Attends, un mec comme McGee c’est une belle histoire. Gilbert aussi… Vogondy... Casar évidemment. Ils sont restés longtemps. Phil (Gilbert) a fait 6 ou 7 ans chez nous, McGee 10 ans. Casar toute sa carrière. Un jour on discutait contrat avec Sandy (Casar) et il avait fini par lâcher ‘’De toute façon, où veux-tu que j’aille ?’’. C’était sa famille. La venue de Frédéric Grappe a été un tournant pour l’équipe à un moment où le cyclisme vivait un tournant. Avec le recul, lui comme nous, comme la FDJ, on a été d’une patience de folie. On vivait avec l’espoir que ça aille mieux le lendemain. En 2000, il n’y avait rien de garanti pour qu’on fasse dix ans.

 

 > Fédéric Grappe: "Les feux sont au vert"

 

Aujourd’hui l’équipe FDJ est une référence en France ?

Peut-être mais je ne cherche pas à l’être. Notre première année avait été étonnante, on avait obtenu 14 victoires seulement mais 3 classiques (Paris-Roubaix, Clasica San Sebastien, Championnat de Zürich). On était des snippers. On courait à l’ancienne, on restait caché. On était ‘’marlou’’. On ne fait plus ça… Je suis plutôt un patient de nature mais j’ai été habitué à tellement de bonheurs ! Perso, je suis impatient, pour mon équipe je suis comme mon père qui regardait son blé lever. Il y a des coureurs qui n’ont pas su être à la hauteur de ma patience mais ça fait partie du métier. Heureusement, ce serait trop facile et trop simple.

 

 

Il y a eu le Paris-Roubaix de Frédéric Guesdon pour commencer, le Milan-San Remo d’Arnaud Démare. Le Tour de France est-il envisageable enfin ?

Oui c’est envisageable. Il nous faut des circonstances favorables mais il en faut tout le temps de toute façon. Longtemps on a vécu sur des leurres, je parle du cyclisme mondial. De l’époque où on disait que les Français ne s’entraînaient pas, qu’ils étaient nuls et on a appris ensuite ce que ça voulait dire. Ce n’était pas évident mais ces commentaires venaient aussi de France. Je peux vous dire que les étrangers sont surpris de ce qu’ils découvrent quand ils nous rejoignent. Ils le disent. Pour parler du Tour, depuis 2014 et le podium de Thibaut, on le sait que la gagne est possible. Je ne sais pas si on va y arriver mais c’est jouable.

 

 

 

Marc et Yvon Madiot lors du Tour de France 2016 (Etape 9/10 juillet/Vielha-Val-d'aran - Andorre Arcalis)

 

 

 

Et chaque année, avec Yvon tu arrives à attirer les meilleurs jeunes ?

David Gaudu cette année, c’est très prometteur. Valentin Madouas qui sera là en 2018 aussi. La confiance que ces gamins nous accordent est la reconnaissance de notre savoir-faire. C’est le véritable ADN de l’équipe FDJ.

 

> David Gaudu: "Je repars de zéro"
 

 Qui sont avec toi les grands témoins de la création de l’équipe ?

Mon frère. Mon frère c’est mon frère, on a toujours fait route ensemble. On a toujours tendance à se comprendre sans se parler. La vie d’une équipe n’est pas linéaire. Quand le cyclisme allait très mal, Yvon a eu des ras le bol mais il est là. C’est notre vécu familial, l’éducation qu’on a eu qui veut ça. On n’en a jamais parlé, ni même avec mon père mais ce n’est pas concevable qu’on ne soit pas tous les deux. Ce n’est pas le sujet. On se complète. Dans mon équipe, il y a toujours eu à la fois des vieux grognards et des jeunes qui rentrent. J’ai un bon exemple : Nicolas Boisson est passé par la Fondation FDJ mais il n’a pas pu faire coureur. Il a suivi auprès de Frédéric Grappe le cursus pour être entraîneur et il l’est chez nous. C’est un garçon à qui on transmet nos valeurs. Nicolas a le tatouage sans avoir porté le maillot.

 

Parmi les ‘’créateurs de l’équipe’’, il y a Frédéric Guesdon ?

Il y a Christophe Mengin qui vient bosser chaque année avec nous quand il le peut. Lui, c’est un moment fort. Le 12 janvier 1997 il donne à mon équipe sa première apparition et devient champion de France de cyclo-cross. Il fait partie de la famille. Fred Guesdon aussi et lui a tout connu avec nous, coureur puis directeur sportif. Je ne suis pas toujours d’accord avec mon frère, avec Fred c’est pareil mais on fait équipe. Il y a notre kiné Patrick Gagnier qui était là au début. Je suis obligé d’ajouter un directeur sportif qui n’était pas là en 1997 mais dont le rôle est important. C’est mon bras droit. Martial Gayant est arrivé un peu après mais on a le même ADN. Avec lui, c’est les yeux fermés. David Lebourdiec, au siège, est arrivé pas longtemps après. C’est le travailleur de l’ombre. Et puis il y a Fred Grappe. Le doc Gérard Guillaume aussi.

 

 

Tu as connu beaucoup de beaux jours depuis 20 ans, tu peux en ressortir un ?

Il y en a eu plein mais le titre d’Arthur (Vichot) à la mort de mon père c’est particulier. Un moment très personnel. Il y a eu le maillot jaune de McGee à Paris en 2003. Le premier titre de Mengin. Paris-Roubaix avec Fred (Guesdon), Milan-San Remo avec Démare, l’Alpe d’Huez avec Pinot, les titres de champion de France de Démare et Bouhanni mais le plus fort c’est premier titre de Vichot en 2013. Je n’avais pas regardé la télé. Quand j’allume la télé, Arthur attaque sous la flamme rouge. J’ai su tout de suite qu’il allait gagner, c’est un moment divin.  Je lui ai dit ‘’ne m’en veux pas de penser ça mais il y avait quelqu’un d’autre avec toi…’’

 

 

 

Arthur Vichot devient champion de France en 2013

 

 

 

Quelle a été la période la plus difficile ?

1998 n’a pas été simple mais je me suis découvert la capacité à encaisser les coups. J’ai été très, très solide. Je me jette des fleurs peut-être… Avoir été coureur m’a énormément aidé dans ces moments-là. C’était des exercices de volonté. Après, la peur de l’avenir de l’équipe est quotidienne. J’avais peur de mon avenir de coureur. Je pars du principe que le compteur se remet à zéro le 1er janvier. D’ailleurs, si tu ne le fais pas, ce n’est pas bon… Si je dois retenir une mauvaise journée c’est une étape du Tour où les deux voitures de l’équipe étaient derrière le gruppetto à se demander si on finirait dans les délais.

 

 

"Pour parler du Tour, depuis 2014 et le podium de Thibaut, on le sait que la gagne est possible. Je ne sais pas si on va y arriver mais c’est jouable"

 

 

L’actuel contrat avec FDJ mène à fin de 2018 ?

Je pense à la suite…. J’ai toujours rencontré des patrons hors normes. A la création de l’équipe Bertrand De Gallé avec Christian Kalb et Madame Stahl, puis Christophe Blanchard-Dignac qu’il a fallu convaincre. Christophe Blanchard-Dignac ne connaissait rien au vélo, il a vite compris ce que ça pouvait être. L’ancien directeur de la communication Michel Friess a eu le même comportement. Aujourd’hui, bien évidemment la course cycliste n’est pas l’univers de notre présidente Stéphane Pallez ou de la directrice de la communication Laetitia Olivier, mais elles y trouvent un frisson. C’est ça la force du vélo, le frisson il faut le garder.

La semaine dernière, le même jour, il y a eu une étape raccourcie de 25 kilomètres dans le Tour Down Under à cause de la chaleur et l’arrivée aux Sables d’Olonne d’Armel Le Cleac’h. Lui, il ne s’est pas arrêté parce qu’il y avait la tempête et tout le monde a regardé le truc à la télé pour avoir le frisson. Je n’y connais rien en voile mais depuis le départ du Vendée Globe, je suis allé tous les jours sur leur site internet pour suivre l’évolution. Le navigateur Vincent Riou, je l’ai croisé sur un ponton et sans qu’il le sache je suis devenu fan de son bateau. C’est ça la magie du sport. Si on ne peut plus avoir parfois Bernard Hinault dans Liège-Bastogne-Liège en 1980, le cyclisme perd beaucoup. Vous verrez un film le 26 janvier à la soirée de l’équipe. Un des plus beaux moments c’est l’Alpe d’Huez. On voit Pinot en danseuse au milieu de la foule, mon frangin avec Julien Pinot étaient bien à bloc et sont montés à la hauteur de Thibaut avec leur voiture. Et mon frère lui dit ‘’Ecoute le public ! Ecoute le public !’’. Tout est là.

 

 

Tu te diras quoi ce soir ?

Que j’en reprendrai bien pour 20 ans ! En tout cas pour un bon moment pour que mon fils le vive avec moi. J’ai envie de lui transmettre ma passion. Je vais y arriver. Il regardait Armel le Cleac’h à la télé et ça le branchait. Il a un petit bout de moi déjà...

 

Par Gilles Le Roc’h

Vos commentaires

Publié le 31 janv. 2017 à 23:17, par grollier Christian
Bravo pour ces commentaires cela me rappelle toute ma vie de supporter FDJ.
Beaucoup de bonheur et de joie, parfois quelles larmes, supporter depuis le premier jour mon cœur est avec vous. Que 2017 nous apporte beaucoup de victoires.
Amitié a tous
Publié le 27 janv. 2017 à 19:03, par courapied
Merci à vous la FDJ, très bon anniversaire ! 20 ans déjà, ça passe vite. Allez la FDJ, merci à vous tous et bien le bonjour a Marco et Yvon ainsi qu'à tous les coureurs et le staff.
Publié le 26 janv. 2017 à 20:17, par Coyer
Vous nous faites vibrer ..des victoires de Paris-Roubaix, L'Alpe d'Huez, Milan San Remo et tout ça avec le cœur, l'envie et un véritable esprit d'équipe.
Quelle belle image du sport !! Merci la FDJ
Publié le 26 janv. 2017 à 16:55, par Limousin Jean-Pierre
MERCI à vous tous, et belle saison 2017 pour en marquer l"anniversaire
Publié le 26 janv. 2017 à 13:10, par Jolfre
Très belle description de cette structure, une très belle équipe.
Publié le 26 janv. 2017 à 13:04, par drouelle
Je souhaite un bon anniversaire à toute l'équipe de la FDJ, le staff, aux kinés, aux chauffeurs de bus, et aussi à tous nos coureurs.
Pour cette année d'anniversaire, ça serait bien d'avoir des belles victoire.
A bientôt sur le bord de la route pour vous supporter !!
Publié le 26 janv. 2017 à 12:22, par Michel
Encore 20 ans !! On continuera a suivre la FDJ !