l'Actualité

toutes les actualités

Jérémy Roy n’est pas parvenu à ses fins…

le 15 juin 2017 - Route du Sud, Etape 1
Qu’il a fait chaud dans cette première étape de la Route du Sud gagnée en solitaire par le Toulousain Loubet (Armée de Terre) ! La course, très disputée, a été animée par Jérémy Roy sans doute un peu victime de ses efforts dans le final mais dont la onzième place à 1’11’’ du vainqueur reflète mal la débauche d’énergie.

« Il y a eu une sacrée course, dit Franck Pineau très heureux de reprendre son travail après avoir réglé quelques ennuis de santé. Il a fallu attendre le col de l’Espinouse, au kilomètre 87 pour que ça se décante ! »

 

 

"Il a roulé trois fois plus que les autres, il était fort, le plus fort du groupe" F.Pineau

 

 

Il y avait alors trois coureurs à l’avant, Loubet, Dillier (BMC) et Gesbert (Fortuneo-Vital Concept). Jérémy Roy a mis une grosse attaque au pied du sol, suivi par huit coureurs dont Carapaz (Movistar), Elissonde (Team Sky), et Chevrier (ag2r-La Mondiale). Ils sont revenus rapidement sur les trois échappés et ce groupe n’a plus été revu.

 

« Jérémy marchait du feu de Dieu, poursuit Franck Pineau, il les a tous mis dans le rouge. Il a roulé trois fois plus que les autres, il était fort, le plus fort du groupe mais il lui a manqué 500 mètres pour basculer avec les autres dans le dernier col… C’est dommage parce qu’il avait vraiment les moyens de lutter avec Loubet qui est sorti seul à 30 kilomètres de l’arrivée. Le groupe a explosé, Jérémy a fini à 40 secondes de la deuxième place. »

 

 

"Le point noir de la journée, c’est l’abandon de Marc Sarreau" F.Pineau

 

 

« Sinon, Matthieu Ladagnous marchait très bien aussi, il a fini dans un premier peloton de 50 coureurs. Mes deux Bretons Johan Le Bon et Benoît Vaugrenard n’ont pas aimé les conditions météo et ont fait un coup de chaud mais ils ont fini dans un autre peloton. Le point noir de la journée, c’est l’abandon de Marc Sarreau qui a mis pied à terre dans une ascension parce qu’il avait trop chaud… »

 

Par Gilles Le Roc’h   

Vos commentaires