l'Actualité

toutes les actualités

Marc Sarreau, un choc fatal à 500 mètres de l’arrivée…

le 09 févr. 2018 - Tour "La Provence", Etape 1, Aubagne – Cassis (166 km)
Le bus de l’équipe FDJ est tombé en panne (pas de panique, tout va rentrer rapidement dans l’ordre) à l’arrivée de la première étape du Tour de Provence mais le vélo de Marc Sarreau également. Idéalement placé par ses équipiers avant le final gymkhana tracé dans les rues d’Istres, il a déraillé à 500 mètres de la ligne. Lui et ses équipiers étaient terriblement frustrés par le dénouement de cette étape gagnée par Laporte (Cofidis).

 

Huitième du prologue la veille, le sprinteur du Trèfle était très excité au départ d’Aubagne par cette étape, par ce sprint qui allait invariablement clore une journée courue dans de bonnes conditions, dans le froid mais sous le soleil.

 

"Marc était très déçu, il avait des jambes de feu"

 

« Il y a eu une bonne bagarre en partant d’Aubagne, explique Jussi Veikkanen, et c’est ensuite devenu calme après la première difficulté. Trois coureurs se sont échappés, Mainard (Roubaix-Lille Métropole), Bernardinetti (Amore e Vita) et Sevilla (Polartec) et sont donnés près de 4 minutes d’avance. L’équipe ag2r-La Mondiale qui défendait le maillot de leader de Geniez a roulé et nous sommes allés leur prêter main forte après 60 kilomètres. Jérémy Roy a passé une bonne partie de la journée devant le peloton. Dans le final, Bruno Armirail a pris un gros relais avec Benoît Vaugrenard avant que Rudy Molard ne s’occupe de Marc Sarreau avant la série de virages placés dans les deux derniers kilomètres. Jusque-là, c’était parfait mais Marc a ensuite été victime de cet incident mécaniqueMarc était très déçu, il avait des jambes de feu, ses équipiers avaient travaillé à la perfection, il voulait gagner… Bon, personne n’est tombé, c’est la seule bonne chose !»

 

"Jussi Veikkanen va changer de cartes..."

 

« A 500 mètres de la ligne d’arrivée, explique Jérémy Roy, Marc a heurté un terre-plein central et a déraillé. C’était fini. Il est énervé et nous aussi parce qu’il n’a pas pu disputer le sprint. Ce n’est pas comme s’il avait été enfermé ou s’il avait eu une panne de jambes… »

 

Samedi, avec la double ascension du col de l’Espigoulier et l’arrivée jugée au sommet, Jussi Veikkanen va changer de cartes. Sont attendus David Gaudu et Rudy Molard.

 

 

Par Gilles Le Roc'h

 

Vos commentaires

Publié le 10 févr. 2018 à 11:12, par Charles
Que dire......dommage, il faut dire aussi que beaucoup d'arrivées sont très dangereuses !!! Bravo quand même à toute l'équipe, il faut positiver.