l'Actualité

toutes les actualités

Thibaut Pinot, sixième, a envoyé un bon signal

le 12 mai 2017 - Tour d'Italie, Etapes 7 et 8
A la veille d’une étape importante dimanche avec l’ascension de Blockhaus pour finir, Thibaut Pinot et ses équipiers ont envoyé un bon signal. Dans le final piègeux de la huitième étape, le leader de l’équipe FDJ a été omniprésent et a pris la sixième place à 12 secondes de l’Espagnol Gorka Izagirre (Movistar), rescapé d’une longue échappée. Au terme d’une course très disputée, Thibaut est neuvième du Giro à dix secondes du maillot rose Bob Jungels (Quick Step Floors).

Autant la septième étape gagnée vendredi par Ewan (Orica-Scott) avait été ennuyeuse, autant celle du jour a été superbe, théâtre d’une très grosse bagarre.

 

"les cinquante derniers kilomètres étaient piègeux, plutôt sinueux et le mot d’ordre était de rester devant." F. Guesdon

 

« C’est parti à bloc sur une route de bord de mer, avec un vent de trois-quart favorable, explique Frédéric Guesdon. Il y a eu une grosse bagarre, l’échappée a mis du temps à partir. Près de 55 kilomètres ont été parcourus dans la première heure ! Une dizaine de coureurs ont pris les devants mais n’étant pas représentées, les équipes Wilier-Triestina et Gazprom-RusVelo ont roulé pour ramener l’écart à une minute au pied du Monte-Sant’Angelo à mi-parcours. C’est ressorti du peloton et notamment Conti (UAE-Emirates) qui était à deux minutes au classement général. L’équipe Quick Step Floors a roulé. Sur la route de Peschici, les cinquante derniers kilomètres étaient piègeux, plutôt sinueux et le mot d’ordre était de rester devant. »

Dans la dernière ascension, Landa (Team Sky) s’est découvert et il doit à l’accélération de Steve Morabito, Rudy Molard, Sébastien Reichenbach et Thibaut Pinot d’avoir été repris. Thibaut a fait la dernière descente en tête avant de prolonger son effort dans la dernière rampe de 1,5 kilomètres, pentue et sinueuse. Au pied de cette dernière côte, les quatre échappés, Conti, Sanchez (Astana), Izagirre et Visconti (Bahrain-Merida) avaient 50 secondes d’avance. Sur la ligne, il n’y en avait plus que douze.

 

"Je peux dire qu’aujourd’hui ce fut une première vraie étape du Giro" T. Pinot

 

« C’était une étape piège où il était possible de perdre du temps, poursuit Frédéric. Aujourd’hui il faisait chaud mais Thibaut est bien, de même que tous ses équipiers. Demain c’est une montée sèche de 13 kilomètres à 8,4% de moyenne, il n’y a pas de grand col avant. Les gars l’ont déjà monté dans Tirreno-Adriatico. »

Pour sa part, Thibaut était satisfait. ‘’Aujourd’hui, c’était un final technique et dangereux, j’avais trois équipiers. On s’est mis devant pour imposer un bon rythme. A l’arrivée, je finis sixième mais je n’ai pas de regrets, l’équipe fonctionne bien. Je peux dire qu’aujourd’hui ce fut une première vraie étape du Giro. Dans le Blockhaus, j’espère simplement que les jambes seront bonnes. »

Vos commentaires