l'Actualité

toutes les actualités

Thibaut Pinot, sixième, répond présent !

le 10 févr. 2016 - Tour de l'Algarve, Etape 2
Ce n’était pas un test à mener mais un objectif et Thibaut Pinot, sixième au sommet de l’Alto de Foïa à 6 secondes du vainqueur Luis Leon Sanchez (Astana), a répondu présent. C’était pour lui cette saison sa première course longue de 200 kilomètres et s’il a fini les jambes un peu lourdes après avoir été parfaitement soutenu par ses équipiers, il faut bien partie des meilleurs d’une course très relevée.

Cette étape, finalement, était idéale pour vérifier l’état des troupes et leur état d’esprit même si les indications du début de saison étaient très encourageantes. La distance, un peloton nerveux, du vent de côté pendant 100 kilomètres avant d’atteindre le final hérissé de côtes et une arrivée au sommet. Yvon Madiot est content de ses troupes.

« C’était très nerveux mais les gars, dont un William Bonnet impérial, ont fait une très belle étape. Toute la journée ils ont placé Thibaut dans les vingt premières places du peloton. Il y a eu des chutes, beaucoup même mais nous n’avons pas été concernés. »

Au fil des côtes placées avant l’ascension finale longue de 7 kilomètres, le peloton s’est effiloché et pour finir Sébastien Reichenbach a été un lieutenant parfait pour son leader.

« Il restait 15 coureurs dans ce groupe et tout le monde était un peu fatigué, explique Yvon. Plusieurs coureurs avaient attaqué et personne ne pouvait faire l’effort. Sébastien a pris un long relais, efficace, ceux de devant ont été revus. Finalement ca s’est joué au sprint pendant un kilomètre et Sanchez qui a déjà le Tour Down Under et le Tour de la Communauté de Valence dans les pattes, s’est imposé. Devant Geraint Thomas (Team Sky) qui semble être le plus fort et Roglic (LottoNL-Jumbo). Thibaut a fini un peu dans le dur mais il n’est pas déçu parce que finalement il a tenu le choc. Ici le niveau est relevé, c’est vraiment intéressant. »

Vendredi la troisième étape sera courue contre la montre sur un parcours de 18 kilomètres, technique pour commencer, plat pour finir. « Un truc de rouleurs, prévient le directeur sportif de l’équipe FDJ, et ici ça ne manque pas ! »

Vos commentaires