l'Actualité

toutes les actualités

Thibaut Pinot veut gagner une étape

le 20 juil. 2015 - Tour de France, étape 16
Au lendemain d’une étape « rien à signaler » comme l’a décrite Marc Madiot, aucun coureur de l’équipe FDJ n’ayant pris l’échappée de 24 coureurs déclenchée dès le départ, la journée de repos a fait du bien.

Thibaut Pinot et ses équipiers ont roulé le matin avant de se reposer. Ils focalisent évidemment sur les quatre prochaines journées, quatre étapes dans les Alpes que Thibaut Pinot veut mettre à profit pour gagner une étape.

« Mardi matin, dit-il, j'ai fait deux petites heures, j'ai reconnu le col d'Allos. J'étais venu en mai mais je voulais revoir la descente. Le bitume est mieux qu'en mai mais ça reste très dangereux. En plus, demain, ils annoncent des orages. T'as pas le droit à l'erreur, là dedans. Si tu tombes, t'es dans le ravin. Tu longes la montagne, à gauche tu as la roche et à droite, le vide. Il y a des petits murets en pierre mais si tu loupes, c'est pas ça qui va te retenir. C'est vraiment très technique »

Ces précautions prises, Thibaut aborde la dernière partie du Tour avec beaucoup d’envie et fixe son objectif.

« Physiquement, ça va mieux. Mes sensations dépendent beaucoup de la chaleur et je regarde beaucoup la météo. Demain, avec les orages, ce sera un peu plus frais donc j'espère que ça ira mieux. Maintenant, je suis très loin au général, je ne vais pas défendre une 18e place. Il reste 4 étapes, ça veut dire 4 chances. Je n'ai pas gagné à Mende, alors je suis toujours à zéro. Je veux en gagner une. J'irai tous les jours à la bataille. Si toutes les prochaines étapes peuvent me convenir, évidemment, l'Alpe, ça fait particulièrement rêver. C'est mythique, c'est une fête. On saura tous que ce sera le dernier effort avant Paris, il faudra tout donner dedans. C'est 13 kilomètres de public en masse, c'est mieux qu'un stade de foot. La route s'ouvre devant nous, on ne voit pas la pente, on ne se rend pas compte des virages, on est guidés par la foule. Ca transcende, c'est unique. Ce n'est pas la montée la plus dure de France, loin de là, mais elle a un nom. Au palmarès, ça sonne bien… »

Personne ne sait encore si Thibaut va arriver à ses fins mais lui et ses équipiers bien décidés à l’aider abordent les Alpes avec beaucoup d’envie.

Vos commentaires

Publié le 22 juil. 2015 à 22:20, par gromy.
allez allez ......le meilleur est devant vous.....j y crois ...on y crois...ça vient c est dur ....mais quel bonheur quand ça arrive...la patience est amère ..mais ses fruits sont doux...