l'Actualité

toutes les actualités

Tour de France étape 12

le 17 juil. 2014
Arnaud Démare 3ème de l'étape ; Thibaut Pinot 5ème du classement général.
Comme à Lille, à l’arrivée de la troisième étape, Arnaud Démare a pris à Saint-Etienne la troisième place d’un sprint gagné cette fois par le Norvégien Alexander Kristoff. C’est le signe qu’il va mieux après un passage difficile dans les Vosges et son rêve d’une première victoire dans le Tour n’est pas impossible. Au terme de cette étape, Thibaut Pinot a gagné une place au classement général, il est cinquième.

Dans le final, après le passage du col des Brosses et de la côte de Grammond, Arnaud Démare resté sans souci au contact du peloton a été pris en charge par Mickael Delage qui n’a pas ménagé ses efforts pour le placer au mieux dans la dernière ligne droite.

« Mickael Delage croit en moi, dit en souriant Arnaud, même quand je ne suis pas au top et il a de nouveau fait un grand travail pour moi. Dans le Tour, il me manque un peu d’expérience, il me manque un peu de jambes et sans doute aussi un peu de confiance. J’ai commis une erreur dans ce sprint. A 200 mètres, je suis dans la roue de Degenkolb et je me dis que je vais lui laisser faire l’intérieur avant de produire mon effort mais dans le Tour il faut aller de l’avant. J’ai vu que Degenkolb butait un peu et j’ai vu Kristoff prendre de l’avance. Gagner était déjà très compliqué… »

Dans ce peloton accablé par la chaleur, Thibaut figurait en bonne place et c’est avec une certaine impatience que le leader de l’équipe FDJ.fr envisage les deux prochaines étapes, dans les Alpes.

« Chamrousse est la première vraie arrivée au sommet, dit-il. C’est la première grosse montée et donc le premier rendez-vous des grimpeurs. J’apprécie Chamrousse, c’est long et régulier, c’est une montée où on ne peut pas se cacher, ça devrait me plaire de l’escalader dans le Tour… Les deux étapes de Chamrousse et Risoul en passant par le col d’Izoard, peuvent faire des dégâts, peut-être plus que dans les Pyrénées parce qu’il va faire chaud mais il n’y a pas un enchainement de cols comme dans les Pyrénées, comme dans les étapes du Pla d’Adet ou de Hautacam.

Si j’ai de bonnes jambes, je vais passer à l’attaque mais je suis placé au général, je le ferai dans la dernière ascension, pas avant, ça ne servirait à rien.

Dans ce Tour, il y a une émulation entre Français mais on ne marche pas seulement dans le Tour, mais depuis l’année dernière et dans toutes les courses du World Tour. Nibali dit qu’il nous a à l’œil mais il surveille surtout Richie Porte qui va très vite contre la montre. C’est son grand rival. »

Vos commentaires