l'Actualité

toutes les actualités

Tour de France étape 16

le 22 juil. 2014
« Super content pour Thibaut »
Dans le bus de l’équipe fdj.fr, le président de la Française des Jeux Christophe Blanchard-Dignac et Marc Madiot sont côte à côte et assistent, dans un calme surprenant, à la magnifique course de leurs hommes dans l’ascension du Port de Balès.

Pendant cinq heures en plaine puis dans le Col des Ares et le Portet d’Aspet, les rouleurs de l’équipe sont restés aux petits soins pour Thibaut, prenant tour à tour la tête de la file bleue qu’il semblait impossible de disloquer, Mathieu Ladagnous, Arnaud Démare, Mickael Delage, William Bonnet et Cédric Pineau. Puis le rythme s’est intensifié dans le Port de Balès, l’équipe Movistar de Valverde accélérant nettement pour réduire le peloton maillot jaune à une quinzaine d’unités. Thibaut restait en permanence au côté d’Arnold Jeannesson, devant Bardet (Ag2R-La Mondiale) et Van Garderen (BMC) qui allaient finir par craquer sur une attaque de Thibaut.

Seuls Nibali et Valverde parvenaient à suivre le leader du Trèfle, puis Arnold, Péraud (Ag2R-La Mondiale) et Gadret (Movistar) recollaient à leur tour. Arnold se plaçait en tête du groupe et d’un coup de pédale incisif creusait les écarts avec les lâchés. Thibaut, avant le sommet attaquait de nouveau, provoquant pour la première fois depuis l’Angleterre le recul du maillot jaune qui lâchait prise avant le sommet.

Thibaut plongeait dans la descente et retombait sur Jérémy Roy, échappé depuis le matin et qui s’était arrêté pendant cinq minutes sur le bord de la route, auprès d’un spectateur visionnant la télévision et commentant la course : « Van Garderen a pété ! », « Bardet a pété ! », « Valverde a pété ». Incrédule, Jérémy s’est demandé s’il n’allait pas voir rappliquer seulement Thibaut. Finalement, un groupe s’état recomposé avec Nibali, Thibaut, Valverde, Péraud et König (NetApp-Endura).

Jérémy accélérait encore dans la descente et poursuivait son effort jusqu’à la ligne d’arrivée pour vivre avec son leader et ses équipiers un résultat fantastique. Ce soir, Thibaut est troisième du classement général avec 1’02’’ d’avance sur Péraud, 1’34’’ sur Bardet à qui il a chipé le maillot blanc du meilleur jeune, 4’19’’ sur Van Garderen (BMC). Du très beau travail salué par Christophe Blanchard-Dignac qui se souvient, à bon escient du « temps des vaches maigres dans le Tour ».

Dans le bus et dans l’attente de la fin du podium protocolaire, les coureurs de l’équipe fdj.fr étaient ravis et bien déterminés à enfoncer le clou.

« On a fait du bon travail, dit un toujours sage Arnold Jeannesson. C’est sûr qu’on n’avait pas tout calculé comme ça et ça s’est fait naturellement, Thibaut Pinot a de bonnes jambes, Jérémy et moi aussi. Certes Thibaut a attaqué dans l’ascension mais pas seulement en raison de la descente. Il n’est pas mauvais en descente mais il assure toujours, il prend toujours une marge de sécurité. C’est plus facile pour lui quand il y a dix coureurs plutôt que deux cents.

Cette journée est de bon augure pour la suite des Pyrénées. Thibaut a marqué de bons points par rapport à ses adversaires. On ne pouvait espérer mieux mais ce n’est pas terminé, la deuxième place est accessible (29 secondes). Sinon, un podium ce sera très bien aussi... »

La satisfaction était la même pour Jérémy Roy qui fait un pronostic pour l’avenir.

« C'est une belle journée pour nous. C'est la première fois que je m'arrête comme ça pour attendre le leader mais le jeu en valait la chandelle. Je suis super heureux pour lui. C'est énorme ce qu'il fait Thibaut, monter sur le podium provisoire, c'est fabuleux, on va essayer de le défendre bec et ongles. Il y a deux arrivées au sommet qui se suivent, ça va être une grosse, grosse bagarre. Demain c'est une étape assez courte, ceux qui auront été distancés comme Bardet et Van Garderen vont sûrement passer à l'offensive. »

De son côté, Marc Madiot était évidemment satisfait mais il se devait de calmer le jeu et de rester prudent.

« On avance bien mais on n’est pas encore au bout du chemin. Il reste des journées difficiles, demain et après-demain. Aujourd’hui on a bien travaillé,  il y a eu une grosse implication de tous, dans la plaine avec nos rouleurs, puis en montagne, Arnold dans la montée, Jérémy dans la descente. Sur tableau noir, on n’aurait pas fait aussi bien. Il faut de la réussite. On a un super coureur, il met tout le monde en confiance. Nous n’avons pas l’habitude de jouer les premiers rôles dans les grands tours, on le faisait accessoirement de temps en temps. On avait commencé il y a deux ans avec Thibaut. Dans la dernière Vuelta on était pas mal. On maitrise bien les sprints et on va essayer de progresser dans la maitrise de la course en montagne. A la maison, il y a Alexandre Géniez et  Kenny Elissonde qui sont doués pour la montagne, on a ce qu’il faut pour l’avenir.

Je ne suis pas surpris de ce qu’a fait Thibaut aujourd’hui et les deux étapes qui viennent lui correspondent. Cette journée est une étape dans tout ce qui nous attend. On a effectué beaucoup de chemin mais il n’y jamais rien de définitif dans le vélo. On est satisfait mais il faut rester concentré, ne pas tomber dans l’euphorie. Dans la minute qui vient, on se projette déjà sur demain. Quand même, un podium serait exceptionnel ! »

Vos commentaires