l'Actualité

toutes les actualités

Une grande maîtrise, jusqu’à la dernière côte !

le 25 févr. 2017 - Classic Sud Ardèche
Arthur Vichot a pris la sixième place de la Classic Sud-Ardèche mais son équipe a fait un travail extraordinaire tout au long de la journée. Depuis Davide Cimolaï, le premier à rouler, jusqu’à Rudy Molard, le dernier à s’écarter, le Trèfle a fait impression. Il a simplement manqué à Arthur un peu de force pour faire la décision. La victoire est revenue à Finetto (Delko-Marseille 13).

« On a fait notre course, dit Jussi Veikkanen, celle qui était prévue. Il n’y a rien à regretter. Dans le final, les quatre coureurs qui sont sortis pour la victoire étaient les plus forts et sont restés à leur place même si le groupe d’Arthur est revenu dans les derniers mètres. Notre but était de contrôler et d’écarter Samuel Dumoulin dans la dernière côte et on y est parvenu ! »

 

Jussi Veikkanen: "Notre leader m’a dit qu’il n’était pas assez saignant"

 

 

L’équipe ag2r-La Mondiale a bien joué le coup en plaçant Dupont dans la première échappée, finalement reprise à 20 kilomètres de l’arrivée et l’énergie dépensée par l’équipe FDJ pour y parvenir a été grande.

 

Il y eut ensuite des attaques de Jeannesson et Calmejane, repris à leur tour grâce à Rudy Molard. Enfin, dans la dernière difficulté, la côte du Val d’Enfer, toujours décisive, Finetto est sorti avec Cattaneo (Androni-Sidermec) et Latour (ag2r-La Mondiale).

 

« Ils ont attaqué en costauds, assure Jussi Veikkanen. Puis Sepulveda est sorti en contre avec Arthur qui n’a pas pu tenir le rythme de l’Argentin. Notre leader m’a dit qu’il n’était pas assez saignant. C’est une course dure, six heures de vélo et 3.000 mètres de dénivelé mais les mecs ont travaillé à la perfection. Il manque seulement le résultat ! »

 

 

Par Gilles Le Roc’h

Vos commentaires

Publié le 26 févr. 2017 à 02:09, par denis billamboz
Quand on voit les coureurs qui finissent devant Vichot, on se dit qu'il doit se sentir un peu frustré.
Publié le 26 févr. 2017 à 02:08, par denis billamboz
La FDJ ne met jamais de gars devant, les équipiers s'usent pour revenir, dans le final le leader se trouve souvent isolé et les adversaires tirent les marrons du feu. Cette tactique est un peu usante pour les équipiers, non ?